L’allaitement maternel

L'allaitement maternel

Dans les sociétés traditionnelles, l'allaitement (et plus généralement tout ce qui entoure la naissance) fait l'objet d'une transmission de femme à femme: les mères apportent conseils, soins et aide à leurs filles, les accompagnant dans leurs premiers pas de maman et dans l'apprentissage des gestes du quotidien. Parfois les jeunes mamans ont déjà acquis une certaine expérience en s'occupant de leurs jeunes frères et sœurs, ou des autres enfants du village. Le plus souvent, l'éducation de l'enfant nouveau-né est partagée entre les femmes qui composent l'entourage des parents.

Mais dans nos pays occidentalisés, il est de plus en plus fréquent que la jeune maman se retrouve isolée de sa famille pendant cette période de découverte qu'est la naissance d'un enfant. La distance, les obligations familiales et de travail, les contraintes de notre environnement éloignent les parents des femmes de leur famille qui pourraient les soutenir dans leur choix d'allaiter. D'un autre côté, les sources d'informations sont de plus en plus nombreuses: internet, livres, magazines, groupes sur les réseaux sociaux... Comment s'y retrouver dans cette masse de conseils disparates, parfois contradictoires?

Je vous propose de faire ici un point sur l'allaitement et ce à quoi toute future maman peut s'attendre dans les premiers mois de vie de son bébé.

Quelques points essentiels avant de commencer

Tout d'abord, voici une ou deux notions à bien garder en tête:

  1. Quelque soit votre projet, C'EST VOTRE CHOIX, et il n'a pas à être jugé, par qui que ce soit (famille, amis ou professionnels de santé). Je vous donnerais ici des conseils concernant l'allaitement maternel, comment le mettre en place, comment le maintenir et aller au bout de votre projet, comment affronter les caps difficiles et les coups de blues. A vous de prendre ce qui vous intéresse et de laisser le reste.
  2. Pas de culpabilisation. Il peut être difficile d'être respectée dans ses choix selon le pays où l'on se trouve: si dans les pays scandinaves il est courant et considéré comme normal d'allaiter plus d'un an, la durée moyenne d'allaitement en France est plutôt aux alentours de 4 mois. Dans ses publications récentes, l'OMS recommande un allaitement maternel "exclusif" jusqu'à l'âge de 6 mois et un allaitement partiel jusqu'à l'âge de 2 ans. Dans tous les cas, ne vous fustigez pas: vous ferez comme vous pourrez, et comme vous le souhaiterez, pour le bien de votre enfant et de vous même.
  3. Attention à votre entourage! Vous aurez forcément des moments d'inquiétude, des interrogations, des désillusions voire carrément des phases de déprime: entourez vous de personnes bienveillantes, qui vous écoutent et si possible qui partagent votre point de vue. Tout le monde a un avis sur la question, il y aura déjà suffisamment de gens pour vous dire que ce que vous faite est "bien" ou "pas bien" et que c'est votre faute si votre enfant n'est pas comme-ci ou comme-ça... Protégez-vous!

N'oubliez pas que la sage-femme est le professionnel de santé référent pour tout ce qui concerne l'allaitement. Elle est là pour vous aider, vous conseiller, vous accompagner et vous rassurer dans les moments difficiles. N'hésitez pas à consulter une sage-femme spécialisée en lactation (votre kiné peut vous donner des adresses!).

La naissance: début du parcours

Bébé est là! Première rencontre, magique, unique, avec ce petit être si fragile qui dépend entièrement de vous pour subvenir à ses besoins. Lorsque cela est possible, la sage-femme ou le médecin qui vous aide à accoucher dépose votre enfant sur votre poitrine avant de couper le cordon ombilical (ou de proposer au papa de le faire). C'est le premier peau-à-peau, un moment d'amour et d'intimité qui vous permet de faire connaissance. Votre bébé a les yeux grands ouverts, son regard plongé dans le vôtre, détaillant votre visage, écoutant le son de votre voix, respirant votre odeur...

Prolongez ces instants incroyables le plus longtemps possible. Si votre bébé est en bonne santé et que tout va bien pour lui comme pour vous, il n'y a aucune urgence à le peser, le mesurer, lui mettre des gouttes dans les yeux ou procéder aux autres examens invasifs souvent inclus dans le protocole des maternités. Le peau-à-peau permet à votre corps de secréter les hormones nécessaires à la lactation, notamment l'ocytocine ("l'hormone du bonheur") qui permet l'éjection du lait. A ce stade, il ne s'agit d'ailleurs pas de lait, mais de colostrum, un liquide plus épais et plus riche produit dans les premiers jours qui suivent la naissance et qui permet de "nettoyer" le tube digestif de votre bébé, de le préparer à son rôle.

Pendant le peau-à-peau, vous verrez peut-être votre bébé chercher le sein, remuant le nez et la bouche contre votre giron: c'est le réflexe de fouissement. Proposez-lui sa première tétée! Plus il boira de colostrum dans les premières heures de sa vie, mieux c'est! Donnez lui donc le sein à volonté. En général, votre petit bout s'endormira au bout de 2 heures.

Dans les jours qui suivent, l'idéal est que votre enfant puissent téter au moins 6 fois par 24h. Mais il n'y a pas de maximum! C'est colostrum à volonté.

Si vous commencez à vous engourdir d'un côté, que vous voulez changer de position ou vous réinstaller plus confortablement, changez bébé de sein. Pour le "décoller" du mamelon, vous pouvez glisser un petit doigt au coin de sa bouche pour créer un appel d'air dans la succion (qui peut faire l'effet d'une vraie ventouse).

Si votre bébé pèse entre 2.7 et 4.5kg à la naissance, il peut sans danger dormir beaucoup pendant les 48h suivant la naissance, c'est normal, et il n'est pas nécessaire de le réveiller régulièrement pour le faire téter. Ne vous mettez pas la pression, profitez-en pour vous reposer, et mettez-le en peau-à-peau le plus souvent possible (cela entretiendra votre production d'ocytocine, et puis c'est très agréable!).

J+3: gare au baby-blues!

Trois jours après la naissance, vous risquez de vivre une petite baisse de régime: c'est normal!

Cela est du à la diminution des hormones liées à l'accouchement. Vous aurez peut-être envie de pleurer, vous aurez l'impression d'être épuisée, de ne pas être à la hauteur, de ne pas faire ce qu'il faut, de ne pas produire assez de lait... En effet c'est souvent au même moment que Bébé se met à réclamer le sein comme un dingue, pleurant toutes les heures ou presque pour être nourri, vous réveillant 2 à 3 fois par nuit...

Ayez confiance! Votre lait est assez riche, et vous en produisez suffisamment pour répondre à ses besoins. Toutes les femmes peuvent allaiter, quelles que soient la forme et la taille de leurs seins. Plus votre enfant va téter, et plus vous produirez de lait, c'est votre bébé qui va réguler la quantité. Il n'est pas nécessaire de passer au biberon de lait en poudre! Cette phase où bébé réclame davantage est tout à fait normale, elle est justement là pour booster votre lactation et éviter les engorgements. Donnez-lui donc le sein autant qu'il le souhaitera, sans vous inquiéter de savoir s'il boit trop ou pas assez.

Petits désagréments habituels

Si vos mamelons commencent à devenir sensibles, rouges, douloureux... pas de panique! C'est très fréquent. Il faut le dire, la mise en route peut être un peu difficile, c'est un cap à passer.

N'hésitez pas à changer de sein pour mettre les mettre au repos, et surtout hydratez-les le plus possible! Le lait maternel possède des propriétés antiseptiques et cicatrisantes qui en font un excellent hydratant, vous pouvez-donc en étaler quelques gouttes sur le bout de votre sein juste après la tétée. La lanolline peut également vous aider; choisissez-la pure, sans additif chimique, et appliquez-en régulièrement entre chaque tétée sans attendre que le mamelon soit gercé. Enfin, l'huile de coco (bio de préférence) est une solution tout aussi naturelle et efficace contre les fissures et autres plaies qui peuvent vous gêner. A rincer si possible avant de redonner le sein à votre bébé, même si ce produit n'est en aucun cas dangereux pour lui.

Ne laissez pas vos seins "prendre l'air": le mamelon est une muqueuse, et fonctionne comme les lèvres gercées par le froid l'hiver! On hydrate, on protège. Les coquillages d'allaitement peuvent être d'un grand secours, car ils permettent de maintenir le lait ou la lanoline sur le mamelon entre deux tétées, sous votre soutien-gorge.

Pour terminer, les bouts de seins en plastique sont un accessoire très utile pour protéger vos mamelons pendant la tétée (ils forment une "interface" entre la muqueuse et la bouche de votre bébé), mais peuvent aussi aggraver la situation selon l'emplacement des crevasses. A tester donc et à utiliser de manière ponctuelle.

Pour en savoir plus:

Recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS)

Rappel: Grade A = Preuve scientifique établie, Grade B = Présomption scientifique, Grade C = Faible niveau de preuve

→ Une brochure très utile: "Allaiter et travailler: Comment faire ?"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.